Sélectionner une page

Déterminismes

J’aime beaucoup cet exercice du début de l’année qui me permet de me poser et de voir un peu où j’en suis, cela peut paraître vain certes mais : « l’occasion ne fait-il pas le larron ? »

Il n’est pas question ici de résolutions que nous ne tiendrons pas, mais de s’interroger.

Allez-y joué le jeu : quelles sont vos priorités ? Vos rêves ? Vos recherches ? Qu’avez-vous négligé cette année ? Des regrets ? Etc….

( A vous de choisir vos interrogations en fonction de qui vous êtes).

Pour moi qui prône le Ici & Maintenant (je ne développerais pas ici, mais vous comprenez certainement ce que je veux dire)

Je me suis donc interrogé sur ma démarche artistique : le mot « vanités » revient souvent quand je tente d’expliciter mes recherches, donner du sens… être au plus juste, trouver sa place.

Le mot : déterminisme est apparu comme une évidence.

Qu’il soit social, horizontal, vertical*, géographique, linguistique ou philosophique.

Il est ici question de notre libre arbitre.

« Entre nécessité et liberté. C’est-à-dire entre cycle et histoire, entre structure et acte, entre ordre et décision, entre mesure et démesure, entre sécurité et risque, entre individu et personne, entre masse et communauté, entre destin et destinée, entre le même et l’autre, entre le milieu et les extrêmes… »

Alors, je nous souhaite de ne pas être réduits à ces déterminismes, de continuer à lutter, de nous dépasser, de briser nos plafonds de verre, de rêver à d’autres destinées, et si tout cela était vain, nous aurons au moins essayé.

Bonne année

“L’homme qui se croit déterminé se masque sa responsabilité” Jean-Paul Sartre

*Sartre voit dans la psychanalyse freudienne un double déterminisme : le « déterminisme vertical » par la libido et le « déterminisme horizontal » par les circonstances extérieures