Sélectionner une page

Pourquoi je crée?

Parce que cela me permet de dire sans dire

Parce que je ne sais pas parler

Parce que c’est un sésame pour rencontrer l’Autre

Parce que je suis un chercheur de poésie

Parce que je ne veux pas baisser les yeux

Parce que je ne veux pas vous donner de leçons

Parce qu’il n’y a pas de vérité

Parce que c’est une obsession

Parce que j’ai encore tant à apprendre

Parce que cela me permet de vous rencontrer

J’ai vu des failles, des fragilités, des peurs, des ouvertures, des forces

L’Humain tout en contradiction, sublime et exaspérant

Révélateurs, du négatif au développement, de l’ombre à la lumière

Agrandissement du champ des possibles

FL

Artiste multimédium*

Lorsque vous regardez les œuvres de Fabrice Leroux, une certaine fascination émane de son ensemble. Tout concourt, nonobstant la course effrénée du quotidien, à ce que vous plongiez dans les créations de cet artiste. Peut-être que cela réside dans le fait que son sujet d’étude favori soit l’être humain.

Si l’humain fait partie intégrante de ses œuvres, Fabrice en explore sa fragilité à travers des mises en situation.

Que ce soit par la vidéo, la photographie ou encore la création matérielle, Fabrice Leroux transforme, avec son filtre poétique, ce qu’il regarde ou vit pour mieux nous emmener dans nos maisons intérieures. Pour lui, peu importe par quel biais le public arrive à lui. C’est pour cela qu’il a décidé de coller artiste multimédium à son nom. Pourquoi avoir choisi ce terme ?

Pour lui, le média renvoie à quelque chose de numérique, alors que multimédium définit que son travail s’est développé sur plusieurs supports sans en privilégier un.  » Ce n’est pas la vidéo, la photographie ou encore la création qui me définissent, c’est mon travail dans sa globalité. Cette multiplication de supports me permet aussi de dire : Regarder derrière cette porte, le champ des possibles va être vaste J’aime rencontrer le public car en parlant de mon travail, je sais que cela va m’éclairer. « 

Car ce qui lui importe est de rentrer en lien avec l’autre.  » Je suis persuadé que l’on n’appréhende pas mon œuvre de la même façon que si on ne me rencontre pas. Si j’accompagne les gens, si je leur parle, il se passe autre chose. Bien sûr, certains n’aimeront pas mais nous aurons discuté. Il y a quelque chose de performatif dans le tissage du lien entre les œuvres, le public et moi. « 

Laurent Bourbousson

Contact

[contact-form-7 id= »29633″ title= »Formulaire de contact 1″]