Inexorable

Inexorable

Béton, Cendre & Sphère PVC : Diamètre 40 cm

Palais de l’Archevêché Arles. 2018

En savoir plus...

Une bulle qui emprisonne ou qui protège?

Cette main de béton depuis laquelle s’échappe cette cendre.

Combattre l’inexorable ou l’accepter?

Strates

Strates

Carottes Géologiques Imaginaires : Dimensions et Matériaux Variables

Palais de l’Archevêché Arles. 2018

En savoir plus...

Comme le disait le philosophe grec présocratique Anaxagore :

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau »

Repris plus tard par Lavoisier :

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

 

Autoportrait

Autoportrait

 Béton, Aluminium & Éponge végétal 27 x 27 x 70cm. 2018

InCertitudes

InCertitudes

Installation Béton & Vidéo Projection
Palais de l’Archevêché Arles. 2018

En savoir plus...

L’installation : une vidéo projection sur une plaque de béton fissuré.

La phrase (écrite en cendre)

RIEN NE DISPARAIT JAMAIS VRAIMENT

comme dans un ressac va partir et revenir.

De la mémoire des lieux, des corps, de nos blessures narcissiques, nos strates qui nous composent et font de nous qui nous sommes.

 

L’outil fait-il l’artiste?

L’outil fait-il l’artiste?

Pinceau, résine,cendre Dimension : 6cm x 21 cm

En savoir plus...

Cet outil qui me faisait tant peur : le pinceau.

En l’utilisant pour mes résines je l’use, le mal­traite et mes obsessions reviennent sur nos capacités à dépasser notre déterminisme qu’il soit social, biologique ou tant d’autres.

Travailler la cendre, la rouille, l’usure, et voir jusqu’où cela me mène.

Jusqu’à me retrouver moi-même figé dans ma pratique?

Too Much / Not Enough

En savoir plus...

Too Much / Not Enough

présente deux horloges dont les trotteuses font du surplace :

L’une a un voltage trop élevé

L’autre est en sous tension.

Ces deux horloges laissent ainsi le visiteur en contemplation sur ces deux aiguilles qui tressautent sans avancer, questionnant ainsi notre propre rapport au temps.

PAY A TENSION

Le temps n’avance plus la seconde tressaute éternellement.

Né de l’observation du quotidien, je pense aussi à ce projet sur Malou* dans les derniers instants où tout semble figé et pourtant la vie est quand même là ou du moins ce qu’il en reste.

*https://fabriceleroux.com/project/malou/

Enfance(s) perdue(s) ?

Enfance(s) perdue(s) ?

 

En savoir plus...

Ici on parle de la vie, de la mort sous une forme très douce, comme emporté vers l’inévitable mais sans violence.

Nos jouets d’enfance s’envolent, flottent dans l’air.

Le miroir d’une grand-mère tant aimée sort du grenier.

Les ambiances sonores résonnent en nous et rendant vivant.

Comment préserver cette précieuse part d’enfance, cette innocence au monde, cette capacité d’émerveillement.

Lutter contre, accepter, composer avec ?

Autant de questions qui avec le temps qui passe et qui nous rappelle que l’obsolescence programmée n’est pas uniquement pour les objets.

«Toute œuvre d’art reste un mystère, y compris pour son auteur»

Iouri Mamleïev

Catharsis II

Catharsis II

Le Vortex

(Installation Béton, cendre, résine, aluminium, verre et eau)

 

 

Mode d’emploi

1 : Pensez au(x) mot(s) qui vous bloquent, qui sont un frein dans votre vie.
2 : Écrivez ce(s) mot(s) sur le papier transparent.
3 : Lâchez le papier dans le tourbillon.
4 : Observez plus léger

J’entends si souvent: je n’ai pas (plus) le temps.
Et si nous le prenions ce temps, pour soi pour s’interroger.
Revenir à l’essentiel, même si c’est symbolique, trouver le(s) mots juste(s).

Vues d’exposition

 

Temps Variable

Temps Variable

En savoir plus...

La perception du temps est si variable.

Détourner l’objet de mesure de sa fonction.

Quand le sablier n’est plus fiable, qu’il ne s’écoule jamais à la même vitesse, comme une métaphore de notre rapport au temps, selon notre âge, notre humeur.

Et si c’était le grain de sable, l’accident qui était notre révélateur.
Ici c’est le cas c’est le sable qui permet l’écoulement sans lui la cendre serait figé.

Il faut parfois tomber pour mieux se reconstruire

Il faut parfois tomber pour mieux se reconstruire

Installation In Situ, Bois, Résine & Cendre
Dimensions Variables
Chapelle Ste Anne Arles. 2017

En savoir plus...

Entre métaphore de la construction d’une personnalité et de la création.

Tout part d’une colonne vertébrale, l’essence pour partir explorer.

Cela peut sembler fragile, mais là réside peut-être la « beauté du geste », dans la tentative, ce n’est pas le résultat seul qui compte, ce n’est pas la destination, mais bien le voyage en lui-même qui importe.

Et parfois c’est l’accident : à deux jours du vernissage alors que je pensais avoir fini. J’ai voulu aller plus loin, tendre vers l’extérieur sortir de cette alcôve, et là pour un tasseau de plus, c’est un grand craquement que j’entends, il faut alors maintenir sa structure, accepter qu’une partie chute, pour se relever et repartir.

Force/Fragilité

Force/Fragilité

 

En savoir plus...

Une vidéo projection sur ce torse

(corps de cendre fragile ou armure?)

Entre force et cassure, tenir, se ternir, douter, foncer, continuer même submergé.
Entre le temps qui passe, ceux qui s’effacent, et la vanité de vouloir donner du sens alors que c’est là simplement.
Entre vouloir retenir et laisser partir.
Entre l’obsolescence et la poésie.
Entre peur et fascination.

Quand je dis « Je suis » (verbe être ou verbe suivre ? )

A force d’être ou d’avoir été Charlie, Paris, en terrasse,  London, Manchester etc… et pas parfois rien parce que trop loin, trop répété, trop automatique.

Ce « train fantôme », parce que nous aimons jouer à nous faire peur, parce qu’à force d’être informer
en temps réel, que vivons nous réellement, quel danger pour notre empathie?

Sommes-nous plus sensible ou trop protégé par notre carapace?